Lucas Monerri Photo Marie Fady 2021




Lucas Monerri occupe le poste de violon solo de la Chambre Symphonique depuis juillet 2020. Il avait joué en soliste le Notturno d’Arnold Schönberg, lors des Nuits du Mont Rome 2020 et récemment le Concerto pour violon de Félix Mendelssohn en avril 2022 à Lyon toujours avec la Chambre Symphonique.

Né le 26 juillet 1995, à Lyon, c’est en 2001, à l’âge de 6 ans, qu’il entre au Conservatoire Régional de Lyon pour étudier le violon avec Françoise Chignec et Claire Bernard jusqu’à ses 18 ans. En 2014, il intègre la Haute École de Musique de Lausanne, dans la classe de Renaud Capuçon et François Sochard (violon solo de l’orchestre de chambre de Lausanne). Une année plus tard, il est lauréat du concours Marie Cantagrill, où il remporte le 1er prix et le prix du public.

Co-fondateur du trio Felice, avec lequel il interprétera de nombreux concerts de musique de chambre, il se prédestine assez rapidement pour le métier d’orchestre.

En 2018, il remporte le concours pour intégrer Le Gustav Mahler Jugendorchester (Orchestre Gustav Mahler des Jeunes, fondé par Claudio Abbado en 1986), ainsi que L'Orchestre des Jeunes de l'Union
Européenne. La même année, il est reçu pour intégrer l’Orchestre Symphonique de Bâle comme académiste et Renaud Capuçon lui propose d’intégrer son nouvel ensemble, les Lausanne Soloists, avec lequel il fera de nombreuses tournées en Europe, notamment à Vienne, Munich, Paris.

Il est reçu au concours de l’académie de l’Orchestre de la Suisse Romande, où il aura la chance de travailler avec des chefs marquants, tels que Myung Wun Chung, Charles Dutoit, Daniel Harding ou Manfred Honeck et de rencontrer des musiciens de renoms comme Gautier Capuçon, Franck Peter Zimmerman, Maxim Vengerov ou Marta Argerich. Depuis 2018, Lucas se produit dans les grandes salles européennes tels que le Concertgebouw d’Amsterdam, la Grange au lac de Évian, la Elbphilarmonie de Hambourg, ou même le Concerthaus Berlin. Enfin, en 2021, il remporta le concours pour être membre titulaire, au Berner Sinfonieorchester (Orchestre Symphonique de Bern) et continue d’être violoniste supplémentaire à l’Orchestre de la Suisse Romande.

Valentin Roze Photo Marie Fady 2021

Valentin Roze a été le premier soliste invité à jouer un concerto avec la Chambre Symphonique : en septembre 2018 il interprète les Variations Rococo de Piotr Illich Tchaïkovski et depuis n’a plus quitté l’orchestre, dont il est devenu le violoncelle solo en juillet 2019. En octobre 2020, il est à nouveau soliste, cette fois pour interpréter le Concerto en si mineur, pour violoncelle d’Antonín Dvořák.

Valentin a fait ses premiers pas de musicien au Conservatoire de Dole, sa ville natale. A l'âge de 17 ans, Il décide de faire de sa passion une véritable vocation et obtient un baccalauréat TMD (technique de la musique et de la danse) au lycée Carnot à Dijon en parallèle duquel il étudie avec Laurent Lagarde au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon et Blandine Odin au Conservatoire à Rayonnement Régional de Chalon-sur-Saône. Il obtient en 2013 et 2014 ses diplômes d'aptitude musicale en Formation Musicale et en Violoncelle. Valentin poursuit ses études supérieures de violoncelle à la Haute École de Musique de Lausanne dans les classes de Marc Jaermann et de Xavier Phillips. Il obtient son Master au printemps 2020.

Aujourd'hui, Valentin se produit sur scène dans plusieurs ensembles et formations. Il est violoncelle solo et soliste de la Chambre Symphonique sous la baguette de Loïc Emmelin depuis 2018. Il est amené à remplacer régulièrement à l'Opéra National de Lorraine et se produit également à l'étranger avec l'Orchestre Philharmonique International pour des tournées en Arabie Saoudite et en Tunisie.

Ayant à cœur de transmettre sa passion, il enseigne le violoncelle et poursuit une carrière de chambriste, comme membre du Trio Utopia et du Trio incomplet. Musicien éclectique et curieux, il n'hésite pas à jouer également du violoncelle en dehors de la musique classique, et se produit avec le groupe pop-rock GAMIN du chanteur Quentin Gendrot.

* le trio incomplet : https://letrioincomplet.com/

*GAMIN : https://gaminmusique.fr/

Évariste Daller, alto solo

Évariste Daller intègre la Chambre Symphonique en février 2020 et assure le rôle d’alto solo depuis juillet 2020.

Il a étudié l’alto au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon dans la classe d’Alain Pelissier, puis de Vinciane Beranger.

Très tôt, il s’’intéresse à la musique de chambre et obtient en 2010 avec son quatuor d’étudiants le premier prix à l’unanimité du concours régional de musique de chambre d’Avallon en catégorie « troisième cycle court ».

Après avoir enrichi son parcours d'une année auprès d’Anne-Geneviève Lemarchand, au Conservatoire Régional de Grenoble, pendant laquelle il a pu jouer notamment sous la baguette de Marc Minkowski, il revient à Dijon et intègre la classe de Pascal Robault en 2013 au Conservatoire. Il continue de développer son goût pour la musique de chambre au sein de la classe de quatuor de Marie Béreau, Christian Wolff et Luigi Veccioni, tous les trois membres du Quatuor Manfred et il obtient son prix en 2015.

Entre 2015 et 2017, Évariste prépare à Caen un Master en informatique dont il sort major, ce qui l’amènera à intégrer un laboratoire universitaire où il réalise des recherches en intelligence artificielle jusqu’en 2019. Pendant cette période, il poursuit son parcours musical au Conservatoire Régional de Caen où il rencontre Mayeul Girard et Jean-Philippe Gandit. Il se produit alors régulièrement avec les orchestres Erato et Opus 50.

En 2019, il choisit de se consacrer pleinement à la musique et intègre l’École Supérieure de Musique de Bourgogne Franche-Comté afin de préparer trois diplômes - dont un diplôme d'état et un DNSPM - obtenus en 2022. Depuis 2019, c’est l’altiste du quintette Isolde, quintette avec clarinette qui de Wolfgang Amadeus Mozart à Edwin York Bowen explore les couleurs de cette formation et en 2020 il intègre la Chambre Symphonique.

* https://www.quintetteisolde.fr/

Takashi Jen, co-soliste violon 1

Membre de la Chambre symphonique depuis septembre 2018, Takashi Jen occupe le poste de co-soliste depuis avril 2019 et a été violon solo en novembre 2019.

Musicien aux multiples facettes, Takashi Jen commence la musique à l'âge de 5 ans. Formé au Conservatoire de Paris-Saclay, il se perfectionne dans les Conservatoires du Grand Chalon et du 14e Arrondissement avant d'intégrer le Conservatoire de Boulogne-Billancourt dans la classe de Marie-Françoise Pallot. Il y prépare actuellement les concours d'établissements supérieurs d’enseignement artistique.

En parallèle, il étudie l'ingénierie du son et la direction artistique. Après être passé par la classe préparatoire aux grandes écoles de son de Chalon-sur-Saône, il intègre en 2020 le CNSMDP (Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris) dans la Formation Supérieure aux Métiers du Son, où l’étude de disciplines comme l’esthétique, l’analyse musicale, l’écriture, l’acoustique et la psychoacoustique lui permettent d’intégrer une vision de la musique complexe et raffinée. Il intègre également le cycle supérieur d’analyse du CNSMDP en 2022 dans le but de perfectionner son instinct musical.

Ces compétences lui sont également utiles en tant que directeur artistique et il travaille régulièrement avec des artistes prometteurs comme le trio Pantoum et le quatuor Mirages.

Son activité de directeur artistique lui permettant de rentrer en contact avec la nouvelle génération de violonistes français, il reçoit régulièrement les conseils de jeunes interprètes comme Hugo Meder, Elise Bertrand, Aï Nakano et Laetitia Amblard.

Passionné d’orchestre, il se produit avec de nombreuses formations tels que l’Orchestre des jeunes de Bourgogne-Franche Comté et l’Orchestre Sous Influences, avec des chefs comme Jean-François Verdier, Elizabeth Askren, Arnaud Pairier et Benoît Willmann. Il intègre en 2018 la Chambre Symphonique, où il occupe régulièrement la place de co-soliste. Il se produit également dans diverses formations de musique de chambre allant du duo à l’octuor.

Particulièrement sensible au répertoire germanique des XVIIIe et XIXe siècles, il défend avec un regard frais des œuvres de compositeurs tels que Mozart, Schubert, Brahms ou Beethoven.

Image a venir

Victor Macabiès (violon 2e solo)

Victor Macabiès est arrivé à la Chambre Symphonique en octobre 2020. Il est violon solo de l’orchestre lors de certaines productions, comme en février et avril 2022.

Il débute le violon à l’âge de 7 ans, à l’école de musique de Sassenage. Après quelques années, il entre au Conservatoire de Grenoble, puis quelques années plus tard, au Conservatoire de Lyon. Il a été admis cette année en Master à la Guildhall School of Music and Drama à Londres, au Royaume Uni.

Au cours de sa formation, il a rencontré et étudié auprès d’éminents musiciens et professeurs, tels que Clothilde Münch, Christine Antoine, Francis Duroy, Jacques-Yves Rousseau, Yuuki Wong, Marie Charvet... Il a déjà partagé la scène avec de prestigieux artistes comme Renaud Capuçon, Vladimir Cosma, Angèle, IAM, François Morel, Jane Birkin, Laurent Gerra.

Musicien d’orchestre avant tout, il est régulièrement invité à jouer en soliste avec plusieurs orchestres comme le Petit Orchestre de Montfleury et l’orchestre OSE. Passionné de composition depuis sa tendre enfance, il se lancera dans diverses formations et projet de musiques actuelles, du métal à la pop en passant par le funk. Très actif dans la composition à l’image, il composera notamment la Bande Original du court-métrage Les Yeux Bleus, réalisé par Victor Eberle.

Victor Macabiès s’essaiera également à la direction d’orchestre, en dirigeant en 2018 l’Ensemble Thalie lors de la 5ème édition du Festival THALIE, puis en dirigeant les Jeunes Cordes de France lors d’une tournée en Corse en 2021.


Thaïs Laffont (Clarinette solo)

Thaïs Laffont intègre le pupitre de clarinettes de la Chambre Symphonique en octobre 2020.

Issue d’une famille de musiciens professionnels, la musique lui est familière depuis toujours. Originaire du Pays-Basque, Thaïs commence la clarinette à l’âge de 8 ans dans une école de musique. Elle intègre rapidement le Conservatoire à Rayonnement Régional de Bayonne dans lequel elle passe quelques années avant d’être admise au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux dans la classe de Richard Rimbert, jusqu’en 2018.

En 2019, elle intègre la classe de Claire Vergnory (Clarinettiste de l’Orchestre de la Garde Républicaine et de l’Orchestre Lamoureux) au Conservatoire de Rueil-Malmaison, où elle poursuit toujours ses études à l’heure actuelle.

Afin de se perfectionner, elle étudie en parallèle dans le conservatoire du 12ème arrondissement de Paris dans la classe d’Alexandre Chabod (clarinette Co-soliste de l’orchestre de l’Opéra National de Paris) dans le but de présenter des concours de grandes écoles de musique en France ainsi qu’à l’étranger.

Amatrice de musique de chambre, elle fait partie du quatuor de clarinettes Abellio, formé en 2019.

Elle a été amenée à jouer dans des orchestres professionnels parisiens comme l’atelier Ostinato, regroupant plusieurs étudiants sur concours, ou encore l’orchestre Lamoureux, à Paris.

Roman Routault
(Cor anglais solo et 2e hautbois)

Roman Routault est le cor anglais solo de la Chambre Symphonique depuis septembre 2019 et assure les parties de second ou premier hautbois selon les programmes.

Il commence le hautbois à l’âge de 10 ans à La Tour de Salvagny avec Pascal Zamora, Cor Anglais solo de l’Orchestre National de Lyon, qui l’incite après quelques années à s’orienter vers le Conservatoire Régional de Lyon en 2012. Il entre alors dans la classe d’Oliver Hue où il reste pendant près de 7 ans, avant d’être admis au Conservatoire Royal de Bruxelles où il étudie depuis 2021, dans la classe d’Éric Speller et Sébastien Vanlerberghe (respectivement hautbois solo et 2e hautbois-cor anglais solo de l’Orchestre Royal Philharmonique des Flandres, à Anvers).

Il participe à de nombreux projets artistiques, dans le cadre du Conservatoire et en dehors, en particulier des orchestres comme l’Orchestre des Jeunes de l’Orchestre National de Lyon, dont il sera membre de 2017 à 2019, et bien entendu à La Chambre Symphonique depuis 2019.

Les divers projets l’amènent notamment à collaborer avec des artistes comme Bernard Tétû en 2019, ou Vincent Peirani, lors du festival Jazz à Vienne en 2021. Il a également l’habitude de jouer en musique de chambre, au cours de nombreux projets au Conservatoire, mais aussi dans un groupe d’improvisation formé avec des amis depuis le lycée. Il a aussi bénéficié de master-class de hautboïstes reconnus comme Jérôme Guichard, Céline Moinet, ou encore Hellène Devilleneuve.

En parallèle de ses études musicales à Bruxelles, Roman est étudiant en sciences politiques à Science Po – Lille.

Jean Happillon (basson solo)

Jean Happillon est membre fondateur de la Chambre Symphonique, c’est le basson solo depuis le premier concert de l’orchestre en février 2018. Il est également chef-assistant et prend la baguette lorsque le travail de l’orchestre le nécessite.

C’est à peine à l’âge de 5 ans qu’il commença le basson au Conservatoire Départemental de Beaune auprès d’Arnaud Belleudy pendant 10 ans. Il poursuit sa formation dans la classe de Patrick Vilaire (1er bassoniste du Quintette Moraguès) au Conservatoire Régional de Chalon sur Saône. Il se perfectionna en région parisienne avec Ludovic Tissus (basson premier soliste à l'Orchestre de l'Opéra de Paris et professeur au Conservatoire de Cergy-Pontoise) et Wladimir Weimer (Contrebasson solo à l'Orchestre Philharmonique de Radio France) avant d’intégrer le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 2021 dans la classe de basson français de Julien Hardy (Basson solo à l'Orchestre Philharmonique de Radio France).

Sa passion pour l’orchestre l’amène notamment à participer à divers projets d’orchestre dans la région Bourgogne comme l’Ensemble Orchestral de Dijon ou l’Orchestre des jeunes de Bourgogne-Franche Comté, sous la baguette de Jean-François Verdier et il est membre de la Chambre Symphonique depuis sa création en 2018. Il joue occasionnellement avec l’Opéra National de Tunis. Musicien accompli, il est également apprécié comme chambriste et joue dans divers groupes de musique de chambre, et notamment le quatuor à vent 3+1=Quarte depuis 2018.

Il poursuit en parallèle des études de direction d’orchestre au Conservatoire de Chalon-sur-Saône avec Philippe Cambreling et dirige depuis 2020 l’Harmonie Municipale - La Vaillante de Chalon-sur-Saône.